Conseil du 13.10.15

livre

play

Écouter l’intégralité du conseil.

Nous y sommes maintenant habitués, les conseils municipaux à Saint Genis des Fontaines font montre d’un mélange de burlesque et de tartufferie au grand dam de la démocratie, des lois républicaines mais aussi de nombreux habitants.
Vous pourrez juger très tôt dans l’enregistrement que nous vous proposons de la technique bien rodée maintenant dévoilée par notre maire en réponse à une question posée par Madame Mion : « … Je dis oui, car je ne vois pas de quoi vous parlez. Ça ira plus vite… » Voilà là, une réponse posée sur le sujet des logements sociaux débattu en conseil communautaire. Cela en dit long sur la qualité de nos porte-paroles de Saint Genis des fontaines à la communauté de communes. Ceci dit les logements sociaux ne sont peut être pas son cheval de bataille, en tant que président de la commission communautaire : Zone d’activité partenariat Conseil Général (Port-Vendres et Paulilles). Non, non, pas celle de Saint Genis !

Après avoir traité cette même conseillère d’idiote et s’être fait remettre en place par l’opposition, il expliquera en détail comment il ouvre, seul, les plis lors d’appel d’offres sans convoquer la commission élue parce que, c’est son bon vouloir. Il reviendra ensuite sur ses dires en expliquant qu’ils sont plusieurs à ouvrir les plis, mais ne souhaite pas donner les noms à monsieur Counord, suppléant élu à la commission d’ouverture des plis, qui le lui demande. Il s’emportera tour à tour contre Monsieur Pelet, Madame Mion, Madame Gayton et Monsieur Counord. Ce dernier lui demandera encore de se calmer afin que la situation ne lui échappe pas vu l’état de stress et de colère ou il se trouvait. Peine perdue, nous vîmes le visage d’un premier magistrat qui eut peine à maitriser ses nerfs et qui ne répondit qu’à moitié aux questions posées.

Un vote pour lequel l’assistance ne comprit pas grand-chose fut ensuite voté à la volée et expédié manu militari sans que l’opposition n’y soit attentive. Un vote d’une importance non négligeable, car il était au sujet de l’action menée en justice par les contribuables contre l’entreprise travaux publics Catalan, afin que soient rendues les sommes d’argent trop perçues (Argent du contribuable). Visiblement ils ne souhaitent pas, à l’unanimité, s’associer à cette démarche . Le Maire ira à informer l’assemblée qu’il a une entière confiance en cette entreprise. Dommage qu’il n’ait pas été pompier, il aurait su que « la confiance n’exclut pas le contrôle ». Il prononça même un « … Si nous étions attaqués… » Monsieur Counord corrigea le fait que seule l’entreprise TPC était pour le moment mise en cause. Curieux lapsus !

Enfin ceci dit, des anomalies dans les marchés de travaux ont été décelées entre la commune de Saint Genis des fontaines et l’entreprise TPC et ni le maire ni ses conseillers ne souhaitent savoir ce qu’il en est exactement. Pourtant il nous semble qu’un tribunal ainsi que les experts qu’il dépêche ont les aptitudes et compétences pour que toute la vérité soit faite !!! Étonnant de ne pas vouloir savoir ! Qu’est ce que cela peut bien vouloir dire ?

Le maire tenta ensuite de clôturer rapidement la séance, mais ce fut sans compter sur Annick Gayton qui crut bon d’exploiter pleinement ce dernier point du jour auquel il ne peut maintenant plus échapper : Questions diverses.
Elle lui demanda des précisions sur la grève des ATSEMS.
Là, il nous sembla percevoir au loin les longs sanglots des violons sur le dur labeur des employés municipaux, avant qu’il ne nous explique que les ATSEMS, contrairement aux contrats similaires ne faisaient le ménage que de leur classe. Sous-entendu qu’il n’y avait pas vraiment de travail et que durant les vacances elles se retrouvaient à faire très peu de travail pour la période donnée.

Il termina par un aussi crétin, odieux que phallocrate : elles ont le temps de se faire les ongles. Nul doute qu’elles apprécieront.

Voilà en gros le déroulement de ce conseil que vous pouvez retrouver dans son intégralité sur le fichier audio ci-dessus.

 

12 Thoughts to “Conseil du 13.10.15”

  1. Mireille

    Je comprend rien à rien, pourquoi n’ont-ils pas voulu poursuivre l’entreprise?
    Surtout après les propos du Maire expliquant que certains travaux ont été échangés! Tous pourris “ça c’est bien vrai ça”et l’autre, l’adjointe qui ne comprend pas? Retournez à l’école vous aussi, j’y pense, elle a du fréquenter la même classe que le maire, et être comme lui absente des cours! Haut fonctionnaire ?Ne me dite pas qu’elle a fait l’ENA?
    D’accord avec vous M Counord, le front national va encore faire un score d’enfer sur Saint Genis , au secours ! foutez moi tous ces bons à rien dehors! Qu’on respire enfin
    Mireille

  2. Cartacalha

    Après vous être offusqué de ce que vous voyiez, vous commencez maintenant à voir la partie immergée de l’iceberg. Il est vrai qu’il n’y a rien de pire que d’accuser une personne sans aucune preuve, mais quand la fumée obscurcit le ciel nous sommes en droit de nous poser des questions.
    Après il ne faut pas rêver, je pense que beaucoup de conseillers qui le suivent ou qui l’ont suivi sont de la même trempe que lui. Par exemple, vous avez ces dernières années parfois soulevé l’incompréhension face à une subvention de 5 ou 4000 euros donnée à l’association de Jazz alors que les autres associations recevaient dix fois moins en moyenne. Mais est-ce que l’un d’entre vous s’était aperçu que jusqu’en 2013 les membres élus de son bureau n’étaient autres que les conseillers et adjoints de la commune! C’est plus facile pour s’attribuer des subventions, non ? Je crois que cela porte un nom en droit pénal. Le président de cette même association, Monsieur Brunet, ancien sous préfet pourrait surement nous renseigner. Maintenant, tout le monde s’offusque quand on jette en l’air que « pour le suivre, il faut bien avoir une contrepartie… » Prenez tous les adjoints et conseillers et grattez un peu, je suis sure que vous trouverez. Depuis qu’il est en poste, il a développé son propre patrimoine sur le lieu, dit : la distillerie. Aujourd’hui il a un goudron pimpant posé par l’entreprise travaux public Catalan, ça doit couter cher, ça ! De nombreux commerces y sont installés. Il sait y faire lui qui est chargé des zones d’activités commerciales à la communauté de commune. Visiblement celle de la tuilerie ne doit pas lui plaire, car s’il ne déconseille pas de s’y installer, il assure que l’emplacement à la distillerie est bien meilleur. Il faut aussi pour un premier magistrat qui se respecte, une belle et grande maison avec une piscine « d’artisan ». C’est la moindre des choses. Moi tout ça me fait penser au jeu de quilles, quand il y en a une qui tombe, souvent les autres suivent. Le tout est de bien choisir la première. Michel Berdaguer, avec l’aide de Joseph Montoriol, s’était servi de Raymond Lopez pour s’introduire à Saint genis et notamment dans le milieu rural des propriétaires terriens lui qui a hérité de l’entreprise de papa avant de la fermer. Ils ne s’aimaient pas et il n’aurait pas fait partie de la nouvelle équipe si sa triste disparition n’était pas survenue en le propulsant par hasard au poste de premier magistrat de la commune. Tiens, cela me fait penser à ce vieux film ou l’acteur principal se retrouve malgré lui au poste de maire. Il se retrouve vite possédé par l’envie d’en avoir toujours plus. Il embauche les employés communaux ou les entreprises locales pour travailler chez lui, pour développer ses affaires tout en faisant des acquisitions de manière douteuse sur un air de magouille. Tous le suivent appâtés par le gain, les avantages ou l’argent. Heureusement, tout finit bien, car tout ce beau monde est condamné à la fin… Comment s’appelle ce film ? Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Ou bien ce n’est peut être pas un film. En fait, je ne m’en souviens plus très bien.

    Pour nous, ce n’est pas la même chose. Ceux qui habitent ici depuis dix, quinze, vingt ans ou encore les natifs du village se rendent bien compte que depuis qu’il a pris les rênes de la mairie les choses se sont considérablement améliorées. Nous nous rendons bien compte que Saint Genis des fontaines est devenu en deux mandats un village incontournable, dont le développement de l’activité commerciale, culturelle et sportive est jalousé par l’ensemble des autres communes de notre communauté. Nous n’avons qu’à contempler ces superbes rues du centre historique de notre village qui embellissent grandement ce patrimoine que nous avons su conserver, utilisé. Avec un linteau réputé dans le monde entier et des bâtiments vieux de plus de 800 ans, nous pourrions reprocher ces parkings d’autobus qui déversent des milliers de touristes, mais reconnaissons qu’ils sont une manne non négligeable pour nos commerçants et nos boutiques de souvenirs.
    Pour revenir à Michel, plusieurs personnes sont témoins des mots qu’il tenait à l’égard du premier adjoint que Raymond Lopez était alors. “…S’il devait un jour devenir Maire, ce serait catastrophique pour Saint Genis des fontaines”. Vous ne trouvez pas qu’il s’est trompé ?
    Il fait bon vivre dans le plus beau village des Albères, le plus dynamique, et le plus riche… Mais pas pour tout le monde.
    Les conseillers de l’opposition, les administrateurs de ce site comme tous ceux qui osent aujourd’hui se rebeller ont fait et font un drôle de bout de chemin. Je pense que ce n’est que le début et qu’une page va bientôt se tourner.
    Bravo à tous

    1. Sylvia Mion

      Merci Cartacalha pour vos encouragements, nous en avons bien besoin pour poursuivre notre lutte.
      A la lecture de vos propos, je commence à comprendre pourquoi les élus de la majorité ont décidé de ne pas poursuivre l’entreprise de travaux public soupçonnée de surfacturations.
      La suite pourra effectivement être un peu mouvementée pour certains, l’avenir nous le dira.
      Sylvia Mion

    2. Mickael

      regardez sur le bon coin, tous vos commerces sont à vendre. C’est le résultat d’une politique d’incompétents qui n’ont travaillé que pour leurs propres besoins. Il y a trente ans, saint génis des fontaines était le seul gros village des albères entre le boulou et argeles. Qu’est il devenu ? Qui en est la cause ? VOUS, et tous ceux qui ont soutenu et soutiennent encore un incompétent mégalomane. De la simple personne qui a eut un jour besoin d’un camion pour tel ou tel travaux à celui qui “bricole” pour quelques pièces alors qu’il devrait être à son poste, en passant par ceux qui ont su jouer pour leur pomme, un permis, une route, un fils placé par ci, une piscine, un mur construit par là… Il y en aura à dire au moment venu. Quand toutes ces personnes se retrouveront acculées, je suis sur que les langues se délieront, mais il sera peut être trop tard pour elles. Et je l’espère. Au fait j’ai entendu dire qu’il y auvait une place à la distillerie pour une épicerie ou un petit supermarché ! Vous vous laisserez bien faire jusqu’au bout. Je me maaaaaaarre. 🙂

    3. christian

      “La vérité finit toujours par se découvrir-une goutte d’eau suffit pour faire déborder le vase!!

      1. christian

        chaque chose a son temps

  3. Consterné

    L’attitude des élus de la majorité, consistant à ne pas donner l’autorisation de poursuivre, une entreprise soupçonnée de fausses factures par les contribuables de la commune, me fait penser à une remarque entendu dernièrement:
    ” il y a des tartes à 5 doigts qui se perdent! Si quelqu’un en trouve, qu’il les ramène aux con-cernés”
    l’attitude d’une adjointe, expliquant calmement, que tout cela n’est pas bien grave, L’entreprise elle a fait plein de trucs? J’ai vu effectivement qu’un joli goudron tout neuf avait été réalisé dernièrement, Après la rocade, sur la route de Brouilla à gauche.
    Consterné

  4. Sylvia Mion

    Ce n’est pas d’idiote qu’il m’a traité, puisqu’il s’agit de moi. Je me réserve bien entendu le droit de demander réparation. En fait ,je pense que je lui fais peur.
    Quand on agresse c’est que l’on est sur la défensive. Un animal qui attaque est un animal en danger.
    Il peut toujours attaquer.
    Comme Laurent depuis 2008, je suis à la trace le personnage.
    Peu importe: son éducation, sa culture, son intelligence, tous les Maires ne sont pas issus des grandes écoles, les citoyens demandent tout simplement qu’ils soient au moins de braves gens.
    Je laisse aux habitants de la commune le soin de juger de l’attitude de leur Maire. Ils ont la chance d’avoir des élus d’oppositions qui ne leur cachent rien. En mettant à leur disposition l’intégralité des échanges du conseil, tous les citoyens de Saint Genis sont informés. Voici une des plus belle victoire de votre opposition, vous tenir au courant des affaires de la commune.

    Merci à ce blog, et à ceux qui l’animent.
    Sylvia Mion

  5. Makita

    Féllicitations aux élus de l’opposition. Il y a en au moins qui se soucient de l’argent public de notre argent

    1. DUNYACH Jean Pierre Citoyen et contribuable

      Je ferai remarquer poliment à Makita, que le maire se soucie « au plus près » des finances publiques. Et soutenu par ses conseillers. Pensez donc, une entreprise qui ne réalise pas certains travaux, payés aveuglément par notre bon maire, mais en fait d’autres en remplacement, ne peut qu’être une bonne entreprise. Question : où, et quels travaux sont-ils réalisés ?? Voilà la bonne question ! Comme d’habitude, le gagnant recevra une tringle à rideaux.
      Il n’est pas demandé à un maire d’être intelligent, d’avoir fait des études, simplement d’avoir du bon sens, de s’entourer de personnes disposées à œuvrer pour la collectivité. De servir et non pas de se servir. Et pour le moins d’être poli et respectueux des élus et des citoyens. Et même cela not’bon maire n’en est pas capable. De quoi est-il capable ? Deuxième tringle à rideaux à gagner.

  6. Beber

    Bravo laurent pour avoir gardé ton calme quand il fait des sous entendus sur ta personne. C’est indigne d’un maire mais nous savons maintenant a quoi nous en tenir.

    1. Laurent Counord

      Merci Norbert, mais il fallait bien que l’un de nous deux reste calme pour que cette soirée garde un semblant de conseil municipal, 🙂 Connaissant la personne, depuis le temps que je la pratique (2008) je suppose qu’il voulait faire allusion à ma taxe d’habitation de cent et quelques euros. Je pense au vu de ses compétences qu’il n’est pas ou peu informé des exonérations ou réductions faites aux personnes ayant à charge un enfant en situation de handicap ou invalide. Il fallait qu’il demande à ses conseillers. Où dans le pire des cas et je n’ose pas y penser, mais rien ne peut plus m’étonner venant de lui, il souhaitait me reprocher d’avoir un fils dans cette situation. Je n’espère pas. Heureusement, il sourit, grommelle, invective à tout va mais ne va pas au fond des choses et n’ose que très peu assumer ses propos. C’est le cas quand il traite une conseillère de barjot, un contribuable de gros tas en réunion publique, et malheureusement les exemples sont de plus en plus nombreux.

Comments are closed.