Notre histoire : La révolte des Angelets

De nombreuses révoltes eurent lieu à la séparation de la Catalogne voulue par les royaumes de France et d’Espagne. Surtout quand Louis XIV se mit à supprimer peu à peu les acquis, qui furent définitivement enterrés à la révolution.

En décembre 1661 Louis XIV prend la décision de réhabiliter la “Gabelle”. L’impôt sur le sel avait été aboli quatre siècles plus tôt, en 1292 exactement. Cette réhabilitation a pour effet de mettre en ébullition tout le haut Vallespir, en commençant par les habitants de Prats-de-Mollo en 1662. Ce fut ce que l’on appela “La révolte des Angelets”
S’en suivit de nombreux massacres, des agents du fisc comme des gendarmes (Gabelous) présents pour les protéger. Deux bataillons furent envoyés dans l’espoir d’endiguer la révolte, mais ce ne fut pas suffisant. La méconnaissance de ce terrain, difficile pour des hommes en armes, et l’entraide générale de part et d’autre de la nouvelle frontière eurent raison d’eux.

Lorsque la rébellion fut enfin contenue, la répression fut sanglante. Beaucoup furent condamnées à mort, d’autres aux galères. Les villes furent lourdement taxées et le village de Py fut condamné à être rasé, du sel devant être répandu sur ses ruines. Ce fut la fin de cette “révolte des Angelets”

Pour parfaire sa victoire et par la même surveiller cette population instable Louis XIV commanda dès 1674 la construction d’une forteresse. Elle est toujours debout à l’heure actuelle, il s’agit du fort Lagarde, qui fut construit entre 1680 et 1682. Cette forteresse était elle-même protégée par trois tours qui avaient une fonction de surveillance de la vallée : la Tour d’En Mir, la Tour de la Guardia et la Tour de Cos. Le dispositif était verrouillé avec le château de Périlla datant du IXe siècle.

Par la suite, celui qui deviendra le célèbre Vauban que nous connaissons tous, modifia considérablement le système de défense de la région. Il construisit de nombreuses places fortes et toute la région va alors se couvrir de citadelles d’importance variées.

C’est ainsi que le site de Mont-Louis sera choisi comme pivot central du réseau de fortifications construits le long de la frontière des Pyrénées.

source : pyreneescatalanes.free.fr