Un soutien bien peu recommandable. Suivi de la Lettre de Sylvia Mion

Si certaines rumeurs ont pu courir en d’autres temps sur le comportement de Nicole Gardez-Espinet, son absence d’objectivité ou de neutralité, qu’il semblerait pourtant important que sa nouvelle situation de correspondante locale du journal « l’indépendant » requière, a fait voler définitivement les derniers doutes en éclats.

Lors des élections municipales de 2014, cette tête de la liste de la Gauche réunie avait décidé de se maintenir au second tour, à la surprise de bon nombre de ses colistiers. Cette attitude affichée comme un soutien à la liste de droite de Raymond Lopez avait permis la réélection de ce maire sortant, pourtant en grande difficulté. Son maigre résultat, n’ayant quant à lui permis que sa seule élection,* lui ouvrit tout de même les portes lors des réunions des « groupes de travail » dont l’opposition fut pourtant exclue. Son attitude face aux questionnements et doutes qui furent soulevés au conseil, sur les marchés de travaux, sur les suspicions de détournement d’argent public, de délits de favoritisme ou encore de surfacturations épaissit un peu plus une attitude ambiguë. Cela laissa craindre le pire lorsque le journal « L’indépendant », au grand dam de tous, eu la bonne idée de s’immiscer à son tour dans les affaires « politiques » de notre commune, en l’acceptant, elle, une élue siégeant au conseil municipal, comme correspondante locale.

Les choses devinrent beaucoup plus claires, ce lundi 6 novembre, quand Nicole Gardez-Espinet, élue socialiste au conseil municipal de Saint-Génis des fontaines, soutien désormais affiché du Maire Divers Droite, correspondante locale au quotidien « l’indépendant », signa un article sur le résultat au conseil municipal d’un vote dont le résultat était connu d’avance, en balayant en bloc l’action de l’opposition qui tenue à lire lors de ce même conseil un communiqué dénonçant les agissements considérés comme « mafieux » d’un maire et de sa première adjointe, avant de quitter la salle dès la cinquième minute.

 

Un très bel exemple d’objectivité journalistique qui vient confirmer beaucoup de rumeurs précédentes.

* Municipales de 2014 : (DIVD) Raymond Lopez 47% – (SE) Claude Lobjoit 42% – (PS) Nicole Gardez Espinet 10%

 

…………………………. Lettre envoyée par formulaire – de Sylvia Mion…………..

Madame,

Comme vous avez pu le constater, depuis plusieurs mois, je reste neutre face à votre situation quelque peu ambiguë, et ce, malgré tout ce qu’il se dit.

Quand vous avez été désignée comme représentante de notre journal local, j’ai été la première à vous féliciter. Car effectivement, peu importe pour moi qui écrit à partir du moment où le texte correspond à la vie de notre village

Maintenant, je pense que vous dépassez les bornes, car dans le journal de ce jour on trouve l’article concernant le démantèlement des antennes ! Très bien, c’est un sujet tout à fait honorable. Mais le fait qu’une partie de l’opposition ait quitté le conseil pour dénoncer les agissements de notre maire, ne méritait-il pas une ligne ?

Certes, j’ai parfaitement compris depuis quelques mois que vous étiez trop lié au maire pour être quelqu’un de neutre, mais franchement vous n’aviez absolument pas à prendre parti, vous n’aviez simplement qu’à  dire que les élus de la liste……. avaient quitté le conseil.

Vous n’en avez peut-être pas le courage, ou vous ne souhaitez tout simplement pas vous rapprocher de nous. Consciente et blessée que notre village subisse, en partie à cause de votre amour de la POLITIQUE, le joug d’un homme qui n’est pas un Saint-Genissien de cœur, mais le pantin de toute une clique de “mafieux” qui profitent depuis des années d’une rente de situation.

J’espère ne pas vous décevoir, j’espère aussi comme je l’ai indiqué en son temps à notre ami commun, que mon attitude ne vous surprendra pas.

Je resterai attaché à l’ASVAC, comme je peux l’être de tout mon coeur aux Goigs, ou à l’ADREP de mon ami Pierre Fontana. Je suis une Saint-Genisienne d’adoption qui ne supporte plus certaines attitudes.

Quand j’ai fait mon tract “PARDON’ pour les évènements de Barcelone, croyez-vous réellement, vous qui me connaissez , que je pensais POLITIQUE ? D’ailleurs, ça non plus vous n’en avez pas parlé, pourtant je n’ai pas oublié votre boîte aux lettres !

Honte à vous Madame, je vous le dis comme mon cœur le ressent, honte à vous . Votre complaisance avec un homme qui n’a de vue que sur son portefeuille me dégoûte

Je n’ai aucune animosité à l’encontre de votre personne que malgré tout j’apprécie , mais j’avoue ne plus avoir envie de vous considérer comme une personne respectable.

Sylvia Mion