Un combat, un devoir.

Le site “Saint Genis 2014” vient de franchir la barre des 1200 connexions en une semaine. Merci aux lecteurs et à tous ceux qui participent à la vie de ce blog en l’alimentant de leurs commentaires ou messages.

Parmi les questions souvent posées aux élus de l’opposition il en est une qui devient récurrente et qui mérite réponse. Elle concerne les motivations qui les incitent à poursuivre le combat qu’ils mènent depuis maintenant deux ans :

Qu’elle soit municipale ou autre, une élection permet d’élire avant tout des « représentant » et non des « décideurs indépendants ». A notre niveau communal, les conseillers doivent être à notre écoute, faire remonter nos attentes, nos besoins, nos suggestions et veiller à l’intérêt de notre village en favorisant le bien vivre ensemble.

Le maire ne devrait pas déroger à la règle. Représentant de l’état, garant des lois de la République, il n’en est pas moins l’administrateur principal de la commune. À ce titre, il lui incombe un certain nombre d’obligations dont celles entre autres de passer les marchés, préparer le budget, gérer le patrimoine, assurer la sécurité etc.

En 2006, la fatalité a installé notre maire actuel dans le fauteuil de premier magistrat, sans aucune sentence populaire. Il sera réélu en 2008 avec bon nombre de conseillers encore en place. A l’esprit démocratique qui semblait prévaloir à Saint Genis des fontaines, un despotisme s’est installé au fur et à mesure, peu de conseillers s’opposant au maire. Celles qui ont eu le courage de le faire ont été rapidement écartées (Françoise Pelet-Fouché 1ere adjointe et Annick Gayton Conseillère) les autres élus acceptant d’engager leurs responsabilités en approuvant le Maire dans tous ses agissements.

L’information devenait inaccessible, la gestion budgétaire opaque, alors que de lourdes suspicions quant à des agissements personnels supplantant le bien commun se répétaient.

Malgré une incompréhensible méthode de gestion, un village qui dépérissait et périclite toujours, et les mêmes promesses démagogiques, le Maire est à nouveau réélu en 2014 par le seul biais d’une triangulaire lui permettant de conserver son douillet fauteuil sans avoir obtenu la majorité.

N’ayant jamais été confronté dans ses mandats précédents à une quelconque forme d’opposition ou de contestation, il a persévéré dans ses habitudes, en affichant la même attitude autocrate tout en clamant haut et fort : “La loi, ici, c’est moi !”.

Cela ne dura qu’un temps car, nous, les élus de l’opposition, avons décidé de ne pas nous laisser faire, mais bien de tout faire pour que la loi à Saint Genis soit et reste celle de la République.

Aujourd’hui pour obtenir communication des documents administratifs souhaités que nous refuse bien évidement le Maire, nous sommes contraint de faire appel à la commission d’accès aux documents administratifs. La ” CADA ” est une autorité administrative indépendante et consultative chargée de veiller à la liberté d’accès aux documents administratifs.

Par ce biais, nous nous sommes dès lors aperçus que les suspicions que nous avions eues à son encontre, mais aussi à l’encontre des adjoints et du conseil dans son ensemble, paraissaient un tant soit peu vraisemblables.

Il est important de comprendre que nous n’avons aucun grief sur la personne du Maire, Raymond Lopez, mais bien contre le premier magistrat de Saint Genis des Fontaines, contre les conseillers, et ses adjoints impliqués au regard de leurs responsabilités.

A ce propos, plusieurs nouveaux dossiers sont aujourd’hui en cours. Celui des suspicions de fraudes sur les marchés de travaux étant fortement avancé.

Dissimuler des informations et accepter que dans notre village la loi soit transgressée ne peut que renforcer, suspicions, doutes, et incriminations contre l’équipe municipale en place.

Et nous ferons en sorte que ce ne soit pas impunément.

Les élus minoritaires de l’opposition

8 Thoughts to “Un combat, un devoir.”

  1. artisan

    Est ce vrai que le maire veux faire passer ses terrains de la zone nord en terrains constructibles alors qu’il n’en a jamais informé ni la population, ni les élus, et qu’il a toujours participé aux réunions et aux conseils à propos des nouvelles zones constructibles sans en parler?
    J’aimerais le savoir car je trouve qu’il y a pas mal de choses dans notre village qui se font de manière douteuses et j’en ai pas mal sur le cœur. Alors?
    un artisan

    1. Sylvia Mion

      Oui les terrains que possède le maire font parti des terrains qui vont devenir constructibles. Oui ces terrains ont été remblayés, oui les voisins n’ont rien dit, oui il a ainsi aggravé le risque inondation des riverains. Tout cela c’est passé il y a fort longtemps, l’opposition n’avait pas de représentants à la mairie. Nous ne pouvons donc, pas témoigner, encore moins prendre parti. Nous ignorons de plus dans qu’elle mesure un maire propriétaire terrien peut se voir refuser le classement en zone constructible des terres qui lui appartienne.
      Désolée mais en l’état je ne vois pas comment nous pourrions intervenir
      Sylvia Mion

    2. Administrateur

      Il est tout à fait vrai que le maire projette de rendre constructible un terrain appartenant à la SCI Lopez entre le Lotissement « L’Orée des Albères » et le Ribéral et situé en zone inondable.
      Renforçant les risques d’inondation sur les terrains contigus, ce terrain remblayé fin 2008 de façon totalement illégale, fait maintenant partie de l’urbanisation en cours dans le futur Plan Local d’Urbanisme. Une opération garantissant une plus-value financière importante pour laquelle le maire se justifie en disant en réunion publique « je le mérite bien ».
      Ce n’est pas la première fois que le maire utilise sa fonction municipale à des fins « méritatoires ». Rappelons-nous le comportement de non-préemption pour la commune lors de l’achat du bâtiment de La Poste, mis en vente à 200 000 euros, alors qu’il faisait personnellement une offre de rachat

  2. robert

    Pourrait on savoir pourquoi la mairie peind l’ensemble des murs des des batiments sur la route de bouilla et qu’ils ont fait qu’une partie des murs du cimetiere? merci

    1. Administrateur

      Aussi bizarre que cela puisse paraître, les bâtiments sur la route de Brouilla dont vous parlez (la distillerie) n’appartiennent pas à la mairie, mais à Raymond Lopez, maire de Saint Genis des fontaines. Nous supposons qu’il n’y a dans la concordance des couleurs qu’une simple coïncidence. Qu’est ce que ça pourrait bien être d’autre ? Maintenant, il est vrai que l’on peut remarquer de ce côté ci, beaucoup plus de sérieux pour un travail bien fait…

  3. Laurent Counord

    Sachez Bernard que d’une part nous comprenons bien votre désarroi, mais que les élus de l’opposition sont les premiers touchés par ce manque d’information.
    Tenez par exemple ce matin, il y avait en mairie une réunion avec les « personnes publiques associées » pour l’élaboration du PLU. Sachez que monsieur le Maire et sa première adjointe qui s’occupe de ce travail n’en ont absolument pas informé les élus de l’opposition, car ils auraient bien pu souhaiter y assister, ces empêcheurs de comploter en rond. Ils seraient peut-être aussi, par mégarde, revenus sur le fait que le conseil n’a jamais débattu sur le nouveau PADD. Contrairement à ce que peut dire cette même première adjointe.
    Une maigre présentation d’un document de travail et une non-réponse à toutes les questions posées en ont fait office, car, disaient-ils : « Une autre réunion nous permettra, d’en débattre. »

    Et voilà comme on se moque de la loi, et de 42 % d’électeurs !

    En lâchant tout simplement un faux, un mensonge, encore un autre, comme la première adjointe en a maintenant la maîtrise.

    N’avait elle pas omis d’informer le conseil municipal que les terrains de tous ceux qui s’étaient opposés à eux ne faisaient plus partie des possibilités constructibles ?

    Ils s’en sont chargé. 

    Il ne restait plus alors qu’à faire en sorte que ceux de notre bon maire le deviennent. Des terrains remblayés contrairement à la législation, car situés en zone inondable.

    « Parce que le maire y tient, c’est son projet, eh oui… » Mots sortis de la bouche de notre maire.

    Assister à plusieurs réunions et réussir à cacher cette information, notamment à des élus, moi je dis BRAVO, madame la première adjointe. Bravo, monsieur le maire, l’élève dépasse le maître.
    Heureusement que ces élus de l’opposition qui rabâchent constamment la loi n’ont pas su pour cette réunion !

    Eh oui, Bernard, ici la loi c’est EUX. Du moins, c’est ce qu’ils voudraient nous faire croire.

    Je ne sais pas ce qu’en dira la justice. Volonté délibérée de cacher des informations, complicité… En ce moment, le vocabulaire Saint Genisien se recentre sur des thèmes bien particuliers !

    Mais ne vous inquiétez pas, nous ne lâchons rien ni personne.
    Et d’autres dossiers sont en cours, car le maire n’est pas le seul fautif.

  4. Cassandre

    Si vous voulez des infos croustillantes sur le village , allez voir les anciens.
    Il y aurait tellement à dire sur cette clique qui contrairement aux valeureux guerriers se retranchent sans cesse les uns derrière les autres.C’est pas moi c’est elle , c’est lui, ils en sont encore là, tout juste si ils ne déterrent pas les cadavres pour leur faire porter le chapeau!Viendra le moment où il faudra bien dire qui a fait quoi?
    Patience l’avenir est avec nous
    Cassandre

  5. Bernard

    Je n’habite pas le village ni la région depuis très longtemps, mais il est vrai que je suis très impressionné et surpris du manque complet de communication de notre mairie. En fait, nous ne savons strictement rien. Un panneau d’affichage qui ne fonctionne pas, pas de bulletin, et des conseillers pour ceux que je connais qui passent devant vous en faisant la gueule. Avec tout ce que je lis dans votre blog, c’est à croire qu’ils ont des choses importantes à cacher et que tout le monde s’en moque ! Comme partout ailleurs tant que c’est avec l’argent du contribuable que l’on joue ou que l’on se met dans les poches, personne ne s’en offusquera. Essayez de faire pareil avec le RSI, l’URSSAF ou même le trésor public. Les voleurs de pommes se font couper les mains. Pas les bandits en col blanc. Merci pour vos informations.

    Ps, j’ai vécu dans un village ou la culture avait à peu près la même place qu’ici et je peux vous assurer que cela n’annonce rien de bon.

    Bernard

Comments are closed.